Where is my life ?

Pas de commentaire »

Je t’ai croisée sur le pas de porte de la nuit, je me levais tu te couchais…

_ Comment vas-tu  ? Que je t’ai dit ?

_ Ça va et toi ?

_ Moi je suis tango tango, du reste j’ai la nuit pour le dessiner. Mais si tu poses là,  je te dessine je te croque je te brise, histoire de m’échauffer m’échauffer… Je te bichromise pour l’éternité.

_ Même pas peur dis-tu, mais seulement crevée. Mais te voilà l’auto que je préfère, ill est tout chaud …Je n’ai pas peur tu peux y aller…fais moi tango tango comme tu le sais.

Et c’est parti…

were-is-my-life

J’ai l’habitude de voir les gens me croiser, et ta vie s’endort quelque part à la croisée de la nuit qui m’ouvre les bras.

Je fais voler crayons et pinceaux au rythme d’un Sati tangorisé par Cecil Lytle.

where-is-my-life-1

Alors que depuis deux heures au moins tu es lovée dans les bras de Morphée, je m’enfonce dans ma vie Tango sur un air de bandonéon qui rithme ma nuit bicolorisée ma main et mes traits.

Je ne t’achèverai pas je te laisserai là suspendu à ta nuit à un rêve qui te fait sursauter la paupière, je vais tirer la porte et la fermer jusqu’au petit matin…où ce sera une autre histoire tango achevé..

Where-is-my-life-2

A demain peut être, à demain surement…

Axe L c’est autre chose

Pas de commentaire »

Axe L c’est un longue histoire qui a commencé dans les rillettes. Elle venait me voir très intriguée mais refusait que je la dessine…”Non pas la tête”, comme si j’allais la massacrer. Comme elle me regardait d’année en année dessiner les autres, il est venu un moment où je lui ai dessiner autre chose que la tête…

pour-les-beaux-yeux-d'AxelleALors je lui ai dessiné les mains, mais ne renonçant jamais, j’ai appelé ma création : “Pour les beaux yeux d’Axe L”. Parce que c’est vrai en plus qu’elle a de beaux yeux. J’ai dû trop les regarder parce que cette blonde je l’ai prise pour une brune… Au bout de bien deux ans elle m’envoie une photo d’L et là qu’elle ne fut pas ma surprise, elle avait presque mis un col roulé en plus de son passe-montagne. Je ne m’en laisse pas compter et j’ai pris mes crayons aquarellables et mon pinceau pour la mettre à nue. Voilà donc l’histoire d’Axe L qui  en  plus bien aimé le dessin, franchement c’est un comble.

Regard de moi regard pour toi

Pas de commentaire »

claraMon premier regard est comme un uppercut, on s’en relève ou pas. Mon trait est incisif souvent dur, mais je fonds petit à petit, je me mets à aimer celle qui n’est que virtuelle, je la découvre je l’effeuille et la couche là sur le papier dans défense. Je pars je suis satisfait ou repus je ne sais, je vais me laver les yeux un peu plus loin sur quelques politiques nauséabond sur quelque crimes impunis sur une barricade ruisselante de sang. Puis visiblement déçue ou surprise par mes traits chiffonnés tu m’envoies quelques mots.

-Clara “Un aperçu de moi depuis la salle de bain de maman. Ne disais-tu pas que tu voulais me peindre? Ne sois pas méchant, ce que j’aime, c’est l’infinie douceur qui émane de toi lorsque transparait l’enfant que tu as été”

Clara--BastehLa nuit revient après quelques sommeil je t’allume sur l’écran et t’ausculte à nouveau. Je suis plus calme plus paisible, je reviens sur mes pas sur mes traces aquarellées et j’affine pondère caresse plus peut être dans le sens du poil. Au matin tu me dis simplement “ça me plait plus”. Demi victoire demi échec qu’importe, tu as fait un pas j’en ai fait un autre et la rencontre est là…

Ce travail a été réalisé en collaboration avec Clara Basteh d’après un de ses autoportrait, en attendant un éventuel travail live à Paris  en mars prochain

Rêve de danse

Pas de commentaire »

rêve de danse opus 1  a

Au moment où je m’apprête à redessiner le Tango Argentin je viens de retrouver dans mes archives une série que j’avais appelé Rêves de Danse de faisait partie de mes modèles pour l’exposition Femmes Muses

rêve de danse opus 1  b

Ce travail n’apparaitra pas dans le prochain livre mais certainement le suivant que j’appellerai Nalair ne cesse de faire des pieds et des mains

rêve de danse opus 1  c

Ces dessins ont été réalisés avec deux modèles parmi les 9 muses initialement prévu. A ce jour Femmes Muses ou  60 nus pour 60 ans de vie compte plus de 45 muses…en 10 ans mon travail a bien évolué.

Max ose

Pas de commentaire »

max ose

Normalement quand vous envoyez un travail comme ça à une femme, soit elle vous boude soit elle vous met un coup de parapluie, l’instrument étant bien utile par le temps qui court. Mais Max non, elle est ravie et en redemande, en un mot elle est irrésistible. Du reste Max ose parler de ses Maux d’elle. Nous travaillons pour l’instant en virtuel mais avec ce passeport je sais que nous allons bientôt travailler en live. Je pense que le printemps graphique sera chaud …Elle déborde d’idées, j’adore ça…

Icône romaine qui vit à Côme

Pas de commentaire »

lucia-esquisse

Depuis des années je regarde les photos et autoportrait de Lucia sans n’avoir à tord pris le temps de la dessiner. Voilà c’est fait et c’est avec un grand plaisir que je vous propose une approche pas à pas comme pour faire durer le plaisir.

lucia-dragicaElle ne parle pas ou peu français, je  ne parle pas italien mais on a en commun le goût des images et celle de les partager

Lucia-2Voilà donc le premier dessin de Lucia Dragica Sepulcri  et je pense qu’il y en aura bien d’autres

Talons aiguilles

1 commentaire »

luna-lune

On a le sentiment que je viens de relooker l’affiche de Pedro Almodovar, mais que nenni, j’ai tout simplement dessiné une de mes modèles virtuelles, Luna Lune photographiée par l’ami Dafkleeloo. Quand je dessine ça bien entendu je casse mon image de réducteur de tête mais c’est que du plaisir que de voir ses magnifiques legs aux mollets en ventre de lapin, normalement une spécialité des Limousine et des Romaines. Je vous laisse admirer celle que je redessinerai certainement sans tarder et pourquoi pas en live !

Regard schizophrène

Pas de commentaire »

999758_549029518528264_1770737199_nIl est quelque fois difficile de choisir qui je vais choisir, Alair libre qui dessine  virtuellement d’après un autoportrait de Céline Andrea, ou Nalair de Rien qui regarde le match de rugby France Italie pour écrire son article pour son site que vous pouvez découvrir en cliquant ici ? La schizophrénie ordinaire de mon travail quotidien est un casse tête permanent.  J’ai donc décidé de faire deux choses en même temps., tel un petit Napoléon moyen ce qui est capacité masculine contesté par la gente féminine trop souvent.Je vous livre donc là le fruit de mon regard de schizophrène tout en bleu aquarellé.

celine-1

J’avais déjà dessiné Céline en d’autres temps, mais je sais dès à présent que ce ne sera certainement pas la dernière fois…

Vous avez dit cancer du sein !

Pas de commentaire »

 

Alors que le Cancer devient une cause nationale, j’en avais déjà fait mon combat depuis quelques années. J’ai rencontré virtuellement Déclic Pholiotte qui m’avait demandé si je voulais bien la dessiner, alors qu’elle était entrain de se battre contre un cancer du sein. J’ai bien entendu accepté et nous avons collaboré pendant deux ans ce qui a donné des dessins qui ont dérangé.

Déclic-help1

J’ai travaillé ensuite en live avec elle et nous avons monté une exposition  que nous avons présenté dans le cadre de Reg’Arts à St Léonard de Noblat.

face au murJ’avoue que je suis très fier d’avoir travaillé sur un sujet qui l’est rarement. Je remercie Déclic pour son courage et bientôt nous allons retravailler ensemble pour mon prochain livre.

un regard sur la vieIl faut ouvrir l’oeil et le bon sur la souffrance. Le Cancer mutile :mais le corps et le modèle reste …Courage

Bientôt “Elle” aura sa page

Pas de commentaire »

laure-2-position-4

Elle,  ce n’est pas une magazine connu non, c’est une poseuse virtuelle, inaccessible lointaine que j’ai dessiné voilà quelques années déjà. Elle m’a envoyé des images des autoportraits pour que je la dessine parce qu’elle aime le dessin…Elle aussi.

Quand Elle résonne dans mes oreilles je pense à ce merveilleux Album de lithographies que Toulouse Lautrec a réalisé en 1894, qui m’a littéralement fasciné, comme Picasso avant moi, excusez du peu. Lautrec a saisi les filles d’une maison close dans leur quotidien, un grand traité de virtuosité comme Lautrec savait le faire, à la manière des estampes japonaises de Outamaro…Mais Elle dans ces cas là prend un s. Mais “Elle” ma modèle d’un temps révolu apparaîtra dans mon futur livre Femmes Muses comme un maillon à une chaîne sans fin de mes dessins…